Maginifique vue sur le château et le Wallace Monument. Même photo que sur le premier article de ce blog, la boucle est bouclée...

Maginifique vue sur le château et le Wallace Monument. Même photo que sur le premier article de ce blog, la boucle est bouclée...

Bonjour tout le monde !

Voilà maintenant une semaine et 10 heures piles que je suis rentrée en France, quelques jours assez chargés qui ne m'ont pas permis d'écrire cet article, ni de clôturer ce blog (et puis il faut dire que le temps gris et maussade, ça donne envie de rien !). Toujours est-il qu'aujourd'hui il fait beau et que je ne pouvais pas laisser ces 4 mois et demi de récits sans une fin digne de ce nom.

Seulement, avant de rentrer en France (et avant de passer une heure aux douanes pour même pas un "bonjour"), il a bien fallu passer la nuit à l'aéroport d’Édimbourg. Je vous avoue que j'aurais adoré vous écrire un article en direct-live de ma nuit la plus pourrie de mes 20 ans d'existence, mais les prises y sont peu nombreuses et à des endroits pas du tout stratégiques (genre être assis par terre à côté des toilettes...), donc pas de batterie = pas d'ordi = pas d'article. Mais finalement, tant mieux, tant mieux pour vous parce que vu mon état de fatigue et d'énervement parfois même, je n'aurais pas su être aussi.. "drôle". Enfin, avec Gaëlle on se trouve un petit de coin (de paradis), on s'approprie une table, on dîne (des barres de céréales, du chocolat, des galettes de riz, histoire de tenir la route), on joue aux cartes, on regarde un bout de film (toujours notre problème de batterie), enfin vous l'aurez compris : on s'occupe comme on peut. L'avantage d'être installées au niveau des arrivées c'est que tu vois tout de suite les gens qui débarquent du Mexique ou d'Espagne, shorts/t-shirt/chapeaux/coups de soleil, et ça va leur faire tout drôle dehors ! Mais l'inconvénient de dormir à l'aéroport c'est que t'es pas tout seul, le pire même, c'est que des parents font subir ça à leurs filles de 4 ans pas plus. Et ça, croyez moi, ça m'a vaccinée. Parce que devoir subir les "pleurs" d'une gamine pendant 50 min (et je ne mens pas, 50 p***in de minutes), alors que toi tu es tranquille en mode origami dans un mini fauteuil en train de prétendre que tu es dans une position assez confortable pour "dormir", et bah c'est à te rendre dingue... "faites des gosses tiens !". La nuit est longue mais on finit par en voir le bout, encore une heure à patienter pour s'enregistrer, une grosse demi heure avant d'embarquer et ça y est, nous voilà dans les airs, l’Écosse, c'est fini.

Notre pays d'accueil nous aura laissé un beau cadeau de départ: un temps magnifiquement clair et ensoleillé pour nous permettre d'admirer une dernière fois Edimbourg et Arthur's Seat, le Forth Bridge et son rouge éclatant, et.. Stirling et notre université.

Voilà 4 mois et demi qui se sont écoulés, ni trop vite, ni trop lentement. Cette expérience est terminée, les valises sont enfin rangées. J'y aurai laissé quelques plumes certes, mais j'y aurai aussi beaucoup appris, sur moi (et sur Gaëlle, et sur Hind !), tant moralement que physiquement. "Les voyages forment la jeunesse" il paraît, et ça fait surtout grandir.

Aujourd'hui je suis contente de retrouver mes habitudes, tous mes proches, la bonne cuisine aussi ! Mais j'étais ravie de pouvoir dire à tout le monde cette semaine que le temps était meilleur en Écosse, histoire de casser les clichés un peu.. Je rentre avec des souvenirs plein la tête, avec de nouvelles envies, avec énormément de photos, mais aussi avec ce blog que j'ai toujours alimenté avec beaucoup de plaisir, pour vous faire partager un peu de cette expérience Erasmus. Alors certes, on était loin du cliché de l'Auberge Espagnole, loin du groupe de potes/de soirée européens, loin de ce que j'imaginais avant de partir, mais c'est aussi le but justement, casser les codes et être/devenir capable de s'adapter.

Merci, merci, à tout ceux qui ont suivi ce petit bout de vie à l'étranger. J'espère vous emmener ailleurs dans le futur, avec toujours autant d'entrain et d'aussi belles images.

A très vite maintenant, et plus derrière un écran !

Kiss Kiss,

Maud

Retour à l'accueil